Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Psychanalyse au Singulier

Corinne Daubigny

Séminaire : "Du traumatique en partage .. de l'ordinaire à l'extrême "

à la Société de Psychanalyse Freudienne, 21 rue Campagne Première, 75014, Paris

Les premiers lundis du mois , à 21h ( accueil vers 20h 30).

Présentation sur site de la SPF

Argument 

        Les traumas « ordinaires », propres aux moments critiques du développement normal de la personnalité, deviennent « structurants » dans leur rencontre avec des cadres symboliques contenants apportés par des proches qui favorisent l’intégration culturelle. Le champ du « traumatique » pathologique se dessine quand les sujets se trouvent dépourvus de liens contenants, ou écartelés entre des cadres sociaux-culturels discordants. Ces faits, devenus trop « ordinaires » dans le monde d’aujourd’hui, brouillent les repères entre santé et pathologie.

Sur le plan clinique, il s’agit de permettre qu’advienne à la symbolisation ce qui, traversant la narration, approche au plus près les non-dits et vécus « indicibles-inimaginables », lesquels, « en souffrance », hantent le théâtre des répétitions transférentielles.

        La clinique freudienne des névroses interroge les rapports entre réalité, fantasmes préconscients et inconscients (où se dessine le désir) et accès à la symbolisation. La clinique des organisations-limites, des perversions et des psychoses élargit la nécessaire prise en compte de formes traumatiques diversifiées et de leurs effets.

Textes et vignettes cliniques à l’appui, nous revisiterons ce qu’enseignent les cliniques de l’« extrême » : vécus de détresse agonistique ou/et de luttes contre l’anéantissement subjectif. On testera un partage entre deux formes a priori opposées : le traumatique « par défaut » de rapport à l’autre ou, au contraire, « par excès » de l’autre ou des autres envahissant(s). Dans l’histoire individuelle, ces deux versants du traumatique – par défaut ou par excès – se conjuguent souvent, prenant en tenaille le sujet. Mais quelle conjugaison aussi pour l’analyste dans son approche des relations transférentielles ?

        Quels repères quand l’extrême devient ordinaire ? Comment recevoir le vif du sujet ? Quelles ouvertures créatrices, aux limites de l’analysable et du vivable ? À partir de quelles élaborations ?

Exemples de situations illustrant les deux versants :

                – Par défaut : le traumatisme de la naissance des enfants autistiques, les effets de l’hospitalisme, les personnes d’origine inconnue, les effets de l’actuelle anomie sociale.

                – Par excès : les enfants exposés aux abus des adultes, à « l’effort pour rendre fou », les difficiles témoignages d’actes de déshumanisation, les effets transgénérationnels des traumas.

Séminaire interactif ouvert aux personnes ayant une pratique psychanalytique.

Agenda : 6 janvier, 3 février, 2 mars , 4 mai 2020 (reprise après l'été )

Pour s'inscrire et rester informé, me contacter par mail ou téléphone

Le 6 janvier : Présentation générale du champ du séminaire à partir de ses hypothèses et concepts fondamentaux.

Plan-résumé de la session ici

Prochainement 

Le 3 février : Le traumatisme de la naissance .. ( de l'ordinaire au plus extrême )

-Reprise de l’histoire de la notion en psychanalyse depuis les pionniers, débats et actualisation.

-Traumatisme de la naissance et traumas précoces, et à travers leurs après-coups

-Apports de la clinique de l’autisme sur les effets du trauma de la naissance dans le développement précoce du nourrisson .

-Echanges : la question de la potentialité traumatique autour de la naissance dans ses diverses formes.

-Place de ses effets dans les cures ( en particulier fin de cures ) et réponses cliniques.

-Travail de concepts fondamentaux .

-Eléments bibliographiques.

Le lundi 2 Mars :" Traumas précoces et langue sensorielle dans le transfert avec les enfants ".

-Poursuite du travail sur la potentialité traumatique : à partir du prénatal et des effets sur les liens précoces

-Intervention de Dominique Mazéas illustrée par un cas d'approche psychothérapique et psychanalytique d'un enfant présentant des traits autistiques de type "Asperger".

-Discussion et échanges avec le groupe 

Lundi 4 mai : choix du thème en construction 

0